Charles Manson et la famille de Los Angeles

126

Au mois de juin 1981, un fantôme resurgit du passé. Du fond de sa prison. le plus illustre criminel américain encore vivant donne une interview à Tom Snyderjournalliste de la chaîne NBC. Charles Manson a été emprisonné à vie en 1971 pour le meurtre de neuf personnes, dont l’actrice Sharon Tate, star montante d’Hollywood. L’homme n’est pas apparu au public depuis sa condamnation. Il a adopté une apparence encore plus inquiétante : la croix qu’il s’est tatouée sur le front lors de son procès, en signe d’appartenance à sa «4 famille », est devenue une croix gammée… Ses réponses sont énigmatiques ses attitudes dérangent. Manson se présente comme le fils du diable et revendique ses crimes.

Charles Milles Manson est un criminel précoce. Dès l’âge de 14 ans, il alterne de petites peines de prison pour vol, proxénétisme et escroqueries diverses et de courtes périodes de liberté. En 1967, à la fin de sa détention, il s’établit à San Francisco, dans le quartier de Haight-Ashbury. C’est là qu’il crée une communauté dont il se proclame le gourou, devenant une figure locale. Le mouvement hippie est alors en plein essor ; le festival « Sumer of Love » de l’été 1967 draine à San Francisco de nombreux jeunes, qu’il s’emploie à attirer grâce à une philosophie de vie inspirée des préceptes de la scientologie. Il se présente comme la réincarnation du Christ et énonce une bien curieuse prophétie, selon laquelle les Noirs vont bientôt dominer les Blancs et se tourner vers lui pour diriger leur nouvelle nation. Il réunit un premier groupe de huit ou neuf personnes, des lycéens, pour la plupart des femmes. Au volant d’une camionnette Volkswagen, il prend la route pendant de longs mois et recrute de nouveaux adeptes. La troupe, nommée la famille par Manson, s’installe dans le ranch du fermier George Spahn, en périphérie de Los Angeles, y vivant de vols et de trafic de drogue.

Assassinats dans les beaux quartiers

Le 25 juillet 1969, l’action de la « famille » se radicalise. Manson envoie plusieurs membres de sa communauté, Bobby Beausoleil, Mary Brunner et Susan Atkins, séquestrer Gary Hinman, un professeur de musique, pour lui voler une forte somme d’argent. Beausoleil torture Hinman et finit par le poignarder- il est possible que Manson lui-même ait participé au meurtre. En août, le gourou ordonne à sa communauté d’assas-siner des habitants des beaux quartiers de Los Angeles. Son but est de faire accuser les Noirs afin de précipiter la guerre des races qu’il juge inévitable. Le 9 août, Charles Watson, Patricia Krenwinkel et Susan Atkins s’introduisent dans la propriété de Sharon Tate, femme du cinéaste Roman Polanski, enceinte de huit mois. À l’extérieur, Linda Kasabian fait le guet. Les Kott, voisins les plus proches de Sharon Tate, rapportent avoir entendu cette nuit-là des détonations entre minuit et 1 heure, sans y prêter plus d’attention. La jeune femme est assassinée ainsi que ses amis Abigail Folger, Jay Sebring, Wojciech Frykowski et Steven Parent. Sur un mur est tracé avec le sang de Sharon Tate le mot « pig », désignant selon Manson les bourgeois dans une chanson des Beatles.

Un complot contre la communauté noire

Dans un premier temps, certains journaux à sensation établissent un lien entre les meurtres et une affaire de drogue. Puis certains journalistes supposent que Polanski, en Europe au moment du drame, était le seul visé : son film « sataniste » Rosemary’s Baby, sorti en 1968, avait provoqué une vive polémique. Les mots prononcés par Charles Watson avant qu’il ne tue Wojciech Frykowski – «Je suis le diable et je suis ici pour faire le travail du diable – accréditent cette version. Le 10 août 1969, Watson, Atkins, Krenwinkel et Van Houten s’en prennent à Leno et Rosemary LaBianca, un riche couple de Los Angeles ; ils sont assassinés à la baïonnette. Sur un mur, en lettres de sang, Krenwinkel écrit « Deatb to pigs » Cs mort aux cochons et « Helter Skelter » (titre d’une chanson des Beatles) sur la porte du réfrigérateur. Le portefeuille de Rosemary LaBianca est abandonné en pleine rue, dans un quartier populaire non loin de là, afin que les soupçons se portent sur la communauté noire. D’autres meurtres intervenus pendant l’été 1969, notamment celui du cascadeur et acteur Donald Shea – dont le corps ne sera retrouvé qu’en 1977 -, seront plus tard attribués à la s famille Manson.

Les meurtriers échappent à la peine de mort

Les équipes de police de Los Angeles, en possession de deux empreintes digitales appartenant à Krenwinkel et Watson, suivent la piste de la « famille » jusqu’au ranch de Spahn. Un mandat d’arrêt est également émis Le leg décembre contre Manson. Les policiers sont aidés par Linda Kasabian, membre repenti, qui se rend spontanément aux autorités le 2 décembre et accepte de témoigner en échange d’une immunité judiciaire. Watson et Krenwinkel sont arrêtés, suivis de très près par le reste de la bande. Le procès de l’affaire Tate-La Bianca commence le 15 juin 1970. C’est l’un des plus longs et des plus coûteux de l’histoire des États-Unis. Charles Manson tente de se décharger de la responsabilité des crimes et incite ses coaccusés à le disculper. Bien qu’il n’ait pas été présent sur les lieux des meurtres, il est déclaré coupable le 25 janvier 1971, en vertu du principe de responsabilité conjointe, de meurtres avec préméditation et de conspiration criminelle. Le 29 mars suivant, sa condamnation à mort est commuée en détention à vie. Il est actuellement détenu à la prison d’État de Corcoran, en Californie ; ses demandes de remise en liberté conditionnelle ont toutes été rejetées.

Malgré les meurtres atroces qu’il a dirigés, Charles Manson est devenu dès le début des années 1970 un symbole de la contre-culture et de la lutte contre l’« establishment » ; il est régulièrement représenté dans les milieux de la musique, du cinéma et de la mode. La « famille » ayant survécu à son incarcération, le nombre de ses victimes, comme celui de ses adeptes, reste à l’heure actuelle inconnue. En 2008, la presse a évoqué des recherches menées par la police scientifique dans le parc de la Vallée de la mort, où Manson et sa bande auraient enterré des auto-stoppeurs et des vagabonds.

PARTAGER
Article précédentLe magnétisme de la Voie lactée cartographiée
Article suivantComment en devient César !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here