Histoire
Christophe Colomb découvre l’Amérique en 1492

Christophe Colomb découvre l’Amérique en 1492

Un mois et demi après le départ historique du port de Palos, l’exploration maritime de Colomb tourne court. Paniqués par l’aspect de la mer des Sargasses, les marins déclenchent une mutinerie et trucident le navigateur génois, avant de faire naufrage lors du voyage retour. Résultat : pendant encore près de trois siècles, l’Amérique reste inconnue des Européens…

Qui est Christophe Colomb ? Un piètre géographe, mais un homme de son temps. Partant d’une idée simple et couramment admise par ses pairs, à savoir la rotondité de la Terre, son obsession est d’atteindre les Indes par l’ouest, afin d’ouvrir une nouvelle route des épices. Fasciné par l’Orient et les écrits de Marco Polo, le Génois a à cœur de découvrir les terres si singulières de Cathay et de Cipango (respectivement la Chine et le Japon). Mais Colomb n’est en aucun cas un visionnaire. Tout au plus un homme dévoré par l’ambition. Jamais il n’imagine découvrir un nouveau continent, et encore moins ne devine l’existence d’un vaste océan au-delà de ce monde.

Pour le compte des Rois catholiques

 L’expansion accélérée de l’Empire ottoman a, depuis le milieu du xv siècle, fermé les portes de l’Orient. Face à ce défi, Espagnols et Portugais se lancent dans l’exploration de nouvelles voies maritimes. Si Jean II de Portugal privilégie le contournement de l’Afrique et refuse de financer l’expédition de Colomb, les souverains de Castille et d’Aragon, Isabelle et Ferdinand, souscrivent finalement aux exigences du navigateur génois. Après moult hésitations, pas moins de huit longues années, les Rois catholiques signent les Capitulations de Santa Fe, accord stipulant qu’en découverte de l amériquecas de succès de l’expédition, Christophe Colomb héritera du titre de noblesse héréditaire d’amiral de la mer océane, honneur lui offrant une prodigieuse ascension sociale. Rejoindre le levant par le ponant, autrement dit atteindre les Indes par l’ouest, telle est la mission assignée à Christophe Colomb. Une exploration risquée à plus d’un titre. Sans compter sa méconnaissance totale de l’océan Atlantique, le marin génois en sous-évalue complètement les dimensions, pensant gagner la mythique Chine en moins de trois semaines !

Christophe Colomb assassiné

 L’embarquement historique a lieu à Palos le 3 août 1492, soit quatre mois après les Capitulations de Santa Fe. La raison d’un tel délai est religieuse : les Rois catholiques n’autorisent Colomb à appareiller qu’une fois les juifs expulsés de la péninsule Ibérique. Pour franchir « la mer des Ténèbres », le Génois dispose de trois navires : deux caravelles et une nef. Répondant aux noms de Pinta, Nifia et Santa Maria, ils totalisent environ 90 hommes d’équipage. La pierre d’achoppement de l’expédition est l’état d’esprit de ces marins. À aucun moment ils ne font confiance à leur capitaine. Les hommes de cette expédition maritime, successivement faite d’interrogations, de peurs et d’espoirs, sont constamment en proie au doute. Le 24 septembre, la traversée de la mer des Sargasses génère de nouvelles frayeurs. Fendant une surface encombrée d’algues jaunes et vertes, les navires n’avancent pas. Dans un ultime mouvement d’impatience, les marins de la Santa Maria jettent Colomb par-dessus bord et décident de faire demi-tour. Tous ont à cœur de rejoindre l’Europe. Mal leur en prend. Tout juste une semaine après cette mutinerie, les caravelles sont disloquées par un violent cyclone.

En l’absence de nouvelles de l’expédition de Colomb, Ferdinand d’Aragon et Isabelle de Castille décident de suspendre immédiatement les voyages maritimes vers l’ouest. Exit la perspective d’empires coloniaux. Le nom de Christophe Colomb est à jamais banni, et quiconque évoque sa mémoire est condamné au bûcher. En l’absence de route maritime vers l’ouest, l’Espagne de Charles Quint se forslise sur l’est. Il s’agit de faire sauter le verrou ottoman, en reconstituant l’ancien Empire byzantin. S’ensuit une guerre de trente ans au cours de laquelle la légendaire Constantinople est reconquise par les chrétiens. L’empereur Habsbourg y fait une entrée triomphale le 14 octobre 1537. Quant au Nouveau Monde, il n’est découvert qu’à la toute fin du XVIIIe siècle… par les Français.

Pour une Amérique française !

Persuadé de l’existence d’un continent à environ 5 000 km, le Français La Pérouse convainc assez facilement le roi Bourbon de l’utilité d’une nouvelle expédition vers l’ouest. Grisé par l’aventure, Louis XVI finance sans difficulté une expédition de sept gros navires. Parti le 13 juin 1787 de Brest, l’escadre française accoste tout juste un mois plus tard dans la région de Chesapeake. Pour le royaume de France, c’est un triomphe sans précédent. Quand Louis XVI apprend la nouvelle, il ne peut cacher sa joie et annonce la fondation de la Nouvelle-France. Il déclare même que le 14 juillet restera à jamais la date de la consécration de son règne, le symbole de la monarchie par excellence. Pour célébrer l’événement, une immense fête est organisée dans les rues de la capitale. Sans le savoir, Louis XVI vient de sauver sa tête et de préserver la France d’une révolution… Tout au moins pendant cinquante ans.

Share this Story

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

WikiDiscouvery

Abonnez-vous à notre chaîne

Suivez nous sur Twitter