Le masque de fer

57

Un valet qui en savait trop, un gouverneur en mal de détenu célèbre ou, ultime rebondissement, un milord anglais qui aurait comploté contre la France… le prisonnier mort à la Bastille en 1703 était-il vraiment masqué ?

Il n’est pas le frère de Louis XIV De Voltaire dans son ouvrage référent Le Siècle de Louis XIV à Marcel Pagnol dans Le Sean du masque de fer, ils sont nombreux à avoir affirmé, sans aucune preuve, que le masque de fer était bien le frère aîné de Louis XIV. Il n’en est rien. Pourtant, Pagnol connaît bien l’existence du comte Matthioli, mais il conteste qu’il soit le masque de fer. Selon lui, ce dernier serait arrivé après le masque de fer en la forteresse de Pignerol. Et il affirme, sans le savoir, que le masque de fer était beaucoup mieux traité que Fouquet et Matthioli, ce qui démontrerait qu’il s’agit d’un grand seigneur.

Il n’est pas le comte Ercole Matthioli

Le comte italien Ercole Matthioli, plus connu sous le nom du « traître de Casals » est l’un des proches du roi Charles II de Mantoue. Il vend secrètement à la France la forteresse de Casals, une cité de la première importance puisque située à seulement 15 lieues de Turin. Mais l’affaire échoue. Furieux, Louis XIV fait enlever Matthioli et l’enferme à PigneroL Mais il ne porte nullement un masque de fer.

Il n’est pas non plus le chirurgien Auger

Le chirurgien Auger, mort à la Bastille en 1703, est Fun des condamnés de l’affaire des Poisons. Il n’est pas non plus le masque de fer, car il s’agit d’un personnage secondaire dans une affaire qui a vu 194 emprisonnements et 88 condamnations dont 36 à mort. Quant aux autres prisonniers, ils sont purement et simplement mis au secret et répartis en plusieurs forteresses.

Peut-être s’agit-il d’un valet ?

En vérité, nous disposons de deux valets, tous deux victimes des comportements de leur maître. Le premier s’appelle Eustache Dauger : il serait peut-être le coursier, le messager portant les dépêches échangées entre Louis XIV et Charles II Stuart d’Angleterre. Le Roi-Soleil souhaite en effet parvenir à ramener le souverain anglais à la foi catholique. Il échoue, malgré les subsides versés qui ont toutefois permis la mise en force d’une alliance franco-anglaise. Son frère et successeur Jacques II Stuart sera chassé du trône d’Angleterre par Guillaume d’Orange dès 1689, après trois ans de règne. Sans doute Louis XIV estime-t-il nécessaire de faire disparaitre toute trace de la trahison de Charles II Stuart envers son peuple après sa mort.

Quant au second valet, Martin, il sert le huguenot Roux de Marcilly, Fauteur présumé d’une conspiration contre la France. Effectivement la monarchie a fait arrêter en Suisse un certain Roux et son valet Martin. Voici donc deux valets, sans savoir d’ailleurs s’il ne s’agit pas du même homme, des personnages somme toute secondaires, dont on a peine à comprendre qu’on les ait affublés d’un masque de fer pour empêcher toute identification.

Le masque de fer a-t-il existé ?

Il est légitime de mettre en doute l’existence même du masque de fer. En effet, après la mort de Fouquet en 1680 et la libération du duc de Lauzun la même année, le gouverneur de la forteresse, Saint-Mars, se trouve sans prisonnier célèbre. Pour maintenir son statut, et donner le change à la garnison, il prétend détenir un dernier prisonnier de la plus haute naissance, le masque de fer. Puis, lorsque Saint-Mars est muté à Exiles, le masque de fer le suit dans ses bagages, peut-être le malheureux Dauger est-il ainsi sacrifié par le gouverneur. Saint-Marc maintient également enfermé La Rivière, le valet de Fouquet, par peur d’une indiscrétion sur les circonstances de la mort de Fouquet, ce qui laisse penser que Fouquet n’a jamais été libéré avant sa mort brutale. Peut-être est-il mort en prison ou bien a-t-il été empoisonné avant sa libération ? Lors de sa nouvelle affectation à l’île de Sainte-Marguerite, l’une des deux îles de Lérins, Saint-Mars emmène de nouveau Dauger ou son double avec lui, sans La Rivière qui est mort. Enfin, le gouverneur est nommé à la prison de la Bastille : Dauger, à moins qu’il s’agisse cette fois du chirurgien Auger, bref, le masque de fer, y meurt le 19 décembre 1703.

Enfin vient la Palatine

Charlotte Élisabeth de Bavière, dite la Princesse Palatine, est la fille de l’Électeur du Palatinat. Elle épouse le frère de Louis XIV et connaît donc parfaitement les histoires de famille. Elle est la mère de Philippe duc d’Orléans, futur régent de France après la mort de Louis XIV. Dotée d’une forte carrure et d’une grande franchise, Charlotte Élisabeth a la dent dure et les courtisans la craignent. Elle déclare, concernant le masque de fer, qu’il s’agit d’un milord anglais qui aurait comploté contre la France. Ainsi, au lieu de s’éclaircir, le mystère s’épaissit-il.

 

PARTAGER
Article précédentValmy la naissance d’une armée nationale
Article suivantElizabeth Bathory, la Comtesse sanglante

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here