Sciences
L’effet d’un voyage plus rapide que la lumière

L’effet d’un voyage plus rapide que la lumière

Les scientifiques de l’université de Sydney émettent de grosses réserves sur la réalité d’un voyage à des vitesses supérieures à celle de la lumière. Suite à des simulations sur ce que pourrait engendrer l’utilisation d’un moteur de distorsion dans la réalité, une vitesse superluminique pourrait tourner à la catastrophe ! « Toutes les personnes à destination seraient sous forme de rayons gamma et de particules de haute énergie soufflée dans l’oubli ! » Un moteur de distorsion (Warp drive en anglais) a ces caractéristiques : « il déforme la texture de l’espace pour propulser le vaisseau. Dit simplement, le moteur distord l’espace, à la fois à l’avant et à l’arrière du vaisseau, lui permettant de voyager plus rapidement que la vitesse de la lumière.

Spécifiquement, l’espace est contracté en avant du vaisseau et allongé derrière lui. Le vaisseau lui-même repose dans une bulle de distorsion entre les deux distorsions de l’espace ; la bulle contient ce que l’on appelle le surespace. Cet espace distordu, et la région qui la compose, fait accélérer le corps jusqu’a une « vitesse de distorsion » et le vaisseau « surfe » alors sur la vague de l’espace-temps créée par cette distorsion. Les voyages, à des vélocités excédant la vitesse de la lumière, sont possibles de cette manière parce que le vaisseau est, strictement parlant, stationnaire (immobile dans l’espace qui se trouve dans la bulle de distorsion) pendant que l’espace lui-même se déplace. Puisque l’espace lui-même se déplace et que le vaisseau n’est pas en train d’accélérer, il n’éprouve aucune dilatation temporelle, permettant le déroulement du temps à l’intérieur du vaisseau et de rester le même que celui qui se trouve à l’extérieur de la bulle de distorsion. »

Cette théorie est basée sur un véritable modèle mathématique, la métrique d’Alcubierre : C’est une théorie permettant de voyager à des vitesses dépassant celle de la lumière, imaginée par le physicien Miguel Alcubierre en 1994, où une bulle « d’énergie négative » autour d’un contenant, dilate l’espace et le temps derrière elle, tout en comprimant l’espace en face d’elle.

Les physiciens ont analysé comment la matière pouvait se comporter autour d’un théorique «moteur de distorsion » et la simulation a prouvé que les particules se regroupent mortellement autour de la bulle dans l’espace-temps, utilisée pour « bondir » à travers l’espace. Ainsi» dans la série Star Trek, les véritables problèmes commenceraient lorsque le vaisseau Entreprise commence à freiner : « La région de l’espace qui fait face à un navire en décélération, à partir d’une vélocité superluminique vers une vélocité subliminale, est soufflé par un faisceau concentré de particules d’énergie extrêmement élevée. »

Pour le scientifique Brendan McGoniga : « Fait intéressant, l’énergie libérée lors de l’arrivée à destination n’a pas une limite supérieure. C’est-à- dire que vous pouvez tout simplement continuer à voyager sur des distances de plus en plus longues pour augmenter l’énergie qui sera relâchée autant que vous le souhaitez. » Il ne faudra juste pas s’arrêter, l’un des effets étranges de la Relativité générale. ». Hélas, même pour des trajets très courts, l’énergie libérée serait si grande qu’on éliminerait complètement tout ce qui se trouve en face de nous !

Share this Story

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *